Skip to content

C’est qui moi ?

Quand je commets librement une action et que je la regrette aussitôt, je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a deux parties en moi : une qui commet l’erreur et l’autre qui la déplore. Comme si il y avait deux moi(s).

Je sais pourtant que cela est impossible, puisqu’il n’y a que moi. Un des deux candidats à être « moi », n’est donc pas le vrai « moi ».

Si je considère que le seul et authentique moi est celui qui regrette les erreurs commises, alors c’est qui, cet autre en moi, qui les commet ?

Il ne peut s’agir de Dieu, car Dieu œuvre pour le salut et l’intégrité de l’homme. De ce fait, il ne peut pas cautionner une division de l’homme contre lui-même.

En résumé, je vois bien qu’il existe quelqu’un en moi, qui n’est pas moi, et qui me pousse à faire ce que pourtant je ne veux pas faire. Ce n’est pas moi, ce n’est pas Dieu, alors c’est qui ?

Logiquement, cet être aux influences maléfiques, c’est le diable.

Alors oui, le diable existe, et il est capable d’envahir mon espace, et de m’amener à faire ce que « moi », être humain en quête d’absolu, je ne souhaite pas faire.

Mais si je ne le reconnais pas, je ne peux pas le combattre. Et si je ne le combat pas, il finira par me persuader qu’il est moi…

À lire les versets 18-25 : Épître de St Paul aux Romains Chap.7

Publié dansDOULEUR EXQUISE

Être le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *